Sport et handicap : associés ensemble pour une vie active

Publié: | Par Sunrise Medical
Sport et handicap : associés ensemble pour une vie active

Le sport favorise la réhabilitation, la normalisation et l’intégration de personnes handicapées, et il constitue un complément à une vie active et un élément positif pour mettre en place une société réellement accessible.

Mais atteindre cette unité entre sport et handicap n’est pas toujours aisé. Les sports adaptés nécessitent l’appui de nombreuses personnes (superviseurs, professionnels de la santé, autres athlètes, psychologues, thérapeutes, etc…) pour créer des infrastructures sécurisées, c’est pourquoi il est absolument nécessaire de connaître les bienfaits d’associer sport et handicap.

Sport et handicap : une relation qui date

Pour connaître l’origine du lien entre sport et handicap, il faut remonter jusqu’à la fin de la seconde Guerre Mondiale à l’Hôpital Stoke Mandeville (Angleterre) où Sir Ludwig Guttman fonda un centre pour patients atteints de lésions à la colonne vertébrale. Dans ce centre, il introduisit la pratique du sport, assurant qu’elle était bénéfique pour ses patients « d’abord en entrainant le corps, et ensuite en évitant l’ennui de la vie en hôpital ».

Guttman était aussi convaincu que cette pratique favorisait l’autodiscipline, la sociabilité et l’estime de soi de ses patients : trois valeurs essentielles pour une réintégration sociale des personnes ayant subi des lésions à la colonne vertébrale et des amputations.

Ayant prouvé les bienfaits du lien entre sport et handicap, sa pratique fut étendue dans les années 60 et 70 grâce à la réglementation de certains sports adaptés et à la création d’organisations et fédérations au niveau international, national, régional et local, centrées sur les personnes aux différents types de handicap, parmi lesquelles :

  • ISOD (Organisation Sportive Internationale pour les Personnes Handicapées) créée en 1964
  • ISMWF (pour les personnes en fauteuil roulant, désormais IWASF)
  • IBSA (pour les déficients visuels)
  • CP-ISRA (pour les personnes présentant une paralysie cérébrale)
  • INAS-FMH (pour les déficients mentaux)

Comme vous pouvez le voir, ce qui n’était au début qu’un traitement de réhabilitation pour personnes handicapées devint un mouvement athlétique mondial que nous connaissons aujourd’hui.

Quickie All Court

En forme physique, psychologique et “sociale” : une combinaison presque parfaite

L’association du sport au handicap est un partenariat clé pour les personnes handicapées souhaitant vivre une vie active, pour diverses raisons. La première étant que le sport facilite la réhabilitation et agit comme une thérapie pour les personnes présentant un handicap physique (moteur), intellectuel (psychologique) ou multiple (psychomoteur) et qui souhaitent récupérer de la mobilité ou l’améliorer.

La pratique du sport constitue aussi un complément à la réhabilitation initiale, en étant l’épicentre d’une stimulation à long terme, ainsi qu’un facteur de développement de l’estime de soi. C’est ce en quoi consiste la relation entre sport et handicap, d’un point-de-vue thérapeutique.

En termes de développement personnel, une personne handicapée nécessite les mêmes leviers qu’une personne sans handicap, et c’est pourquoi les loisirs et les relations sociales occupent une grande partie de leur quotidien. Le lien entre sport et handicap est donc indispensable dans la mesure où la pratique du sport peut aider les personnes handicapées à nouer de nouvelles relations en dehors du cercle familial et de l’environnement médical, tout en n’oubliant pas de les inclure dans cette pratique.

La pratique du sport a toujours été un loisir sain et fondamental. Elle aide à éliminer les toxines, à développer son énergie et à rester agile, et c’est aussi un excellent moyen d’évacuer le stress et d’apaiser l’esprit. Dans le cas de personnes souffrant d’un handicap, elle renforce l’intégration sociale, elle peut donc être considérée comme doublement nécessaire.

Si une personne pratique un sport en loisir ou de manière récréative, cela peut favoriser l’intégration et apaiser la famille et les soignants. Si le sport est pratiqué de manière compétitive, d’autres facteurs très importants comme l’amélioration de soi entrent en jeu. Comme c’est le cas avec les personnes valides, les victoires et progrès effectués grâce à la pratique d’un sport au plus haut niveau améliorent l’autonomie individuelle et favorise le développement personnel global. Dans le cas de personnes handicapées, tous ces aspects amènent à associer la relation entre le sport et le handicap à une forme de normalisation.

quickie match point

Bien entendu, avant de pratiquer n’importe quel sport, vous devez consulter un docteur ou un physiothérapeute pour vous assurer de sa compatibilité avec le handicap du pratiquant. Si vous comptez le pratiquer de manière récréative, dans des endroits tels que les centres aérés, les centres sportifs ou les écoles, les cliniques et hôpitaux peuvent vous conseiller et vous informer. Dans le cas de sports de compétition, les professionnels et les équipes suivants peuvent vous aider :

  • CPISRA (Fédération Sportive et Récréative pour Personnes atteintes de Paralysie Cérébrale)
  • IBSA (Fédération Sportive pour les Aveugles)
  • ISMWSF (Fédération Internationale de Sports en Fauteuil Roulant)
  • INAS-FID (Fédération Sportive pour Personnes avec Handicap Intellectuel)
  • Fédération Française HANDISPORT
  • FFSA (Fédération Française du Sport Adapté)

En raison du nombre croissant de personnes pratiquant un sport adapté et de leur professionnalisation, il est devenu indispensables d’avoir des fauteuils roulants adaptés aux exigences de chaque discipline.

C’est pourquoi chez Sunrise Medical nous proposons une gamme de fauteuils roulants pour les athlètes exigeants, parmi lesquels vous trouverez des fauteuils spécifiques adaptés à la pratique du tennis, du basket-ball en fauteuil roulant ou du handbike. Visitez notre site internet pour voir la gamme complète.